LA CAPOEIRA


Art martial : capoeira

Les origines de la Capoeira


Il existe très peu d'informations sur l'histoire de la Capoeira, d'autant plus mystérieuse. L'on sait simplement qu'elle est née quasiment au moment où l'esclavage des africains au Brésil prenait de l'essor à la fin du XVIe siècle, et qu'elle s'est développée de manière clandestine durant près de quatre siècle. Nul ne sait vraiment si, au départ, les esclaves la considéraient plutôt comme un jeu et une forme de délassement ou au contraire comme un outil pour s'entrainer physiquement et recouvrer un jour la liberté. Il est probable qu'elle soit née de la simple et nécessaire volonté d'être libre.



Les esclaves, qui n'avaient aucun droit civique, la pratiquaient en cachette. Et, pour dissimuler aux portugais leur entrainements, ils ont intégrés des mouvements de danse, des instruments de musique et des chants à la lutte. Leur possible finalité étant la révolte.
Quelques hommes, un instrument de percussion, des chants : l'espace est crée pour lutter, retrouver de la souplesse, la force suffisante pour le jour de la rébellion : mais aussi pour parler de la terre africaine, cultiver le souvenir et transmettre un héritage culturel aux jeunes générations. Evidemment, les maîtres portugais ne verraient pas d'un bon oeil ces manifestations qui bravaient leur autorité et mettaient en danger leur système économique ; la lutte est donc dissimulée en danse, les mouvements s'imprègnent de grâce, les chants se font plus forts. Les bases ainsi posées, la Capoeira telle que l'on peut la reconstituer, prend racine dans la région de Salvador da Bahia.
Jusqu'à l'abolition de l'esclavage, la Capoeira est, dans tous les quartiers d'esclaves, les senzalas, âme des rebellions. Quand elle sort de sa tanière, les capoeiristes, combattants redoutables, deviennent, pour survivre, bandits ou hommes de mains et participent à la guerre du Paraguay. Le gouvernement, effrayé par cette force brutale et mortelle, interdit la Capoeira à la fin du XIXe sicèle ; c'est, à contrario, la première reconnaissance légale de son existence.

Art martial : capoeira En 1932, Manoel dos Reis Machado, plus connu sous le nom de Mestre Bimba, pionnier, fonde une académie : le Centro de Cultura Fisica e Capoeira Regional, qui ne sera reconnue qu'en 1937 puisque la Capoeira est interdite jusqu'à cette époque. L'exemple de Mestre Bimba a rapidement été suivi par Mestre Pastinha et la Capoeira a commencé à être enseignée dans des écoles spécialisées, tout en restant dans la rue une manifestation de la culture afro-brésilienne.
Ce sont ces quelques hommes, appelés "maîtres" pour avoir atteint le plus haut degré de perfection dans l'art de la Capoeira, qui ont à la fois permis son développement et sa légitimation.
En 1953, à l'issue d'une démonstration de Capoeira de Mestre Bimba, le président de la République du Brésil, Getulio Vargas la qualité de "seul véritable sport national".
Aujourd'hui, des milliers d'académies existent au Brésil et plusieurs centaines à travers le monde. Dans la seule ville de Sao Paulo, qui se situe pourtant loin du berceau originel de la Capoeira que sont la ville de Salvador et la région du Reconcavo, on dénombre plus de 2000 écoles !

Il convient de parler de Capoeiras, au pluriel, car il existe deux styles de jeu, très différents. En effet, en même temps que sa reconnaissance officielle, la Capoeira, a connu un grand schisme, dont les effets se font encore sentir aujourd'hui

La Capoeira angola


l s'agit de la Capoeira originelle, qui a continué d'évoluer doucement avec les mentalités. Pour se distinguer de l'autre forme inventée par Mestre Bimba, cette Capoeira traditionnelle s'est nommée "angola". Non qu'elle soit née en Afrique et plus particulièrement en Angola : ce choix traduit plutôt un désir et une manière de revendiquer des racines, de se lier au continent noir et aux ancêtres esclaves, de marquer une filiation. En filigrane transparait une volonté farouche de mettre l'autre Capoeira à distance, d'affirmer autant que possible leurs différences.
La Capoeira angola se joue sur des rythmes plutôt lents, près du sol ; à la grâce des gestes se mêle beaucoup de ruse, une certaine malice. Les Capoeiristes jouent réellement l'un avec l'autre, se mystifient, théâtralisent les coups, feignent la fatigue ou la souffrance et dansent parfois ensemble un "pas de deux" codifié.

La Capoeira régionale


Mestre Bimba a créé plus qu'une académie : il a renouvelé le schéma traditionnel de la Capoeira, en l'orientant vers les arts martiaux orientaux, créant un programme d'entrainement physique, des enchainements spécifiques, de nouveaux mouvements. En imprimant un autre rythme au jeu, plus vif et enlevé, Bimba en a transformé l'esprit : la Capoeira régionale, qui se joue loin du sol et rapidement, est, d'une manière formelle, coupée de son ancêtre. Elle est devenue la forme la plus populaire.
La Capoeira régionale se relève plutôt de la démonstration de force, d'agilité ; les acrobaties prédominent. Celui des deux qui tournoiera le plus vite imposera et maitrisera ainsi son adversaire.

Danser la Capoeira aujourd'hui


Pour le grand public, les deux formes de Capoeira se confondent, en un ensemble qui emprunte à la danse et au combat. Cependant, après quelques heures d'observation attentive, les particularités de chacune apparaissent évidentes aux yeux du spectateur novice sous le charme.
Aujourd'hui, un courant tend à minimiser les différences existant entre les deux formes du jeu. Dépassant les caractéristiques techniques, il met en valeur leurs similitudes profondes : le partage d'une histoire et d'un culture communes, l'adhésion à une philosophie de l'art qui se fonde sur le respect de soi et la conscience de l'autre.
Si, au Brésil les académies enseignent exclusivement l'un ou l'autre discipline, à l'étranger, les cours incluent souvent une dualité des formes, qui en enrichit d'autant le contenu pédagogique.





Annuaire des clubs de Capoeira dans votre ville :

Capoeira Aix En Provence
Capoeira Amiens
Capoeira Angers
Capoeira Avignon
Capoeira Besançon
Capoeira Béziers
Capoeira Bordeaux
Capoeira Brest
Capoeira Caen
Capoeira Cannes
Capoeira Clermont Ferrand
Capoeira Dijon
Capoeira Grenoble
Capoeira Le Havre
Capoeira Le Mans
Capoeira Lille
Capoeira Limoge
Capoeira Lyon
Capoeira Marseille
Capoeira Metz
Capoeira Montpellier
Capoeira Mulhouse
Capoeira Nancy
Capoeira Nantes
Capoeira Nice
Capoeira Nimes
Capoeira Orléans
Capoeira Paris
Capoeira Pau
Capoeira Perpignan
Capoeira Poitiers
Capoeira Reims
Capoeira Rennes
Capoeira Rouen
Capoeira Saint Etienne
Capoeira Strasbourg
Capoeira Toulon
Capoeira Toulouse
Capoeira Tours
Capoeira Villeurbanne